Plouarzel


Des problèmes pour visionner cet email? Lisez le en ligne

Insolite. William Traisnel et Oréo sur les sentiers de France 

Le Grand Sentier de France (GSF), est un sentier de 10 000 km permettant de réaliser un tour de France à pied le long des forêts et côtes, sur des sentiers appropriés, entretenus, sécurisés et valorisés, en parfaite continuité. Une randonnée qu’a entreprise William Traisnel, 25 ans, célibataire né à Digne-les-Bains (Alpes-de-Haute-Provence) et ayant vécu dans l’arrière-Pays niçois jusqu’à ses 19 ans.

Parti le 15 février de Lusignan, petit village du côté de Poitiers, où il réside depuis 6 ans, il est arrivé jeudi à Plouarzel. Ce tour de France à pied, il devait le réaliser avec sa copine, mais leur séparation, après cinq années de vie commune, a changé la donne. Cela dit, son aventure a été mûrement réfléchie et préparée, avec l’aide de Christophe, de l’Association nationale du GSF.

Agressé à Quimper

Au départ, son paquetage, comprenant tout son équipement, hors eau et nourriture, pesait près de 13 kg. Il faut dire que le gaillard est baraqué ! Aujourd’hui avec son chien Oréo, un border collie adopté à Vannes le 9 avril, pour lui éviter l’euthanasie, il a déjà emmagasiné pas mal de souvenirs. « J’ai fait de belles rencontres, mais j’ai connu aussi quelques galères, souligne-t-il. À Quimper, je dormais dans un champ et, en pleine nuit, une voiture arrive et se gare devant ma tente, pleins phares et avertisseur sonore à tout va ! (…) J’ai cru qu’en faisant le mort, les gens me laisseraient tranquille mais ça n’a pas été le cas. Ils m’ont insulté, ont dit qu’ils allaient me rouler dessus si je ne sortais pas. Je ne m’en suis sorti qu’en faisant mine d’appeler la police. Ils ont fini par partir… Mais tu n’oublies pas ce genre d’épisodes ».

Bénévolat à la SPA

Et lorsqu’on l‘interroge sur ses meilleurs rencontres, il répond : « Il y en a eu beaucoup de très belle, mais je me souviens de celle-ci : un homme qui vivait seul dans une grande maison. Je lui ai demandé si je pouvais dormir dans le champ en face de chez lui, pensant que c’était le sien (mais ce n’était pas le cas). Il m’a expliqué que sa fille était en Australie où elle voyageait, comme moi (…). Il a été touché, m’a invité au restaurant (…) et même offert le gîte ». Et il ajoute. « Des belles rencontres, il y en a beaucoup. Et à Quimper, justement. J’ai fait du bénévolat pendant deux semaines à la SPA, ils ont été vraiment sympas ». Et d’autres encore sont à venir, d’ici son retour, il ne sait pas quand, à Poitiers.


Pratique
Pour suivre William Traisnel sur YouTube : La Marche du Pingouin.


Articles liés