Oiseau-lyre. La chorale reprend de la voix

5

La chorale de l’association L’Oiseau-lyre, sous la conduite de son professeur, Yolène Perru, a repris ses cours du lundi soir après sa trêve estivale. Elle compte 27 choristes et 28 élèves inscrits. Il reste encore des places. Cette année, l’association souhaite créer une chorale avec des enfants de primaire. Les cours auront lieu le mercredi, de 11 h à 11 h 45, avec un répertoire Pop/rock. Prochain concert rencontre avec la chorale Vocal’Ys, de Locmaria Plouzané, le dimanche 26 novembre, à 15 h 30, en l’église de Trébabu.

Contact
Yolène, tel, 06.77.41.49.39

Patrimoine. 625 visiteurs au phare

4

Une belle luminosité et une bonne organisation ont permis aux 625 visiteurs d’apprécier la beauté des paysages offerts par la mer d’Iroise et ses « Cailloux ! », ce week-end lors des Journées européennes du patrimoine. On distinguait nettement, côté ouest, Ouessant avec ses phares (la jument, le Créach, Le Stiff) et côté sud, la pointe du Raz, et même Thévennec ainsi que l’île de Sein. Un vrai bonheur pour les yeux.

Aînés. Deux cents convives réunis

3

Plus de 200 couverts ont été t servis mercredi salle polyvalente dans le cadre de la sortie annuelle des personnes âgées de 71 ans (nées en 1946) et plus, organisée organisée par le Centre Communal d’Action Sociale. La journée a débutée par une messe en l’église Saint Arzel suivie du déjeuner puis d’une sortie sur Brest aux Capucins avec un passage sur le téléphérique. Au retour, un goûter a été pris au Relais, à Trébabu. Une sortie appréciée de tous les participants. À noter : sur les 35 personnes nées en 1946, cinq étaient présentes (photo).

Marcheurs. À 40 pour la reprise

sylvain.rigo29_2017091410041296_Marcheurs

Après la saison estivale, les Marcheurs de Pen-ar-Bed de la section de Plouarzel ont repris leurs randonnées hebdomadaires. Mardi, ils étaient 40 marcheur décidés au rendez-vous, accompagnés par Pierre Quellec et René Omnès, à arpenter les circuits aux environs de Trézien, en passant par le phare et Pont-ar-Floch, en revenant par la chapelle de Locméven.

Pardon. Inauguration de la nouvelle paroisse

Capture

Les paroissiens sont venus dimanche, de tout le secteur, pour le grand pardon de Trézien, l’un des plus importants du bas Léon, qui marque le jour de la nativité de la Vierge. Cette année, le pardon était marqué par l’inauguration pastorale de la nouvelle paroisse Saint-Mathieu en Pays d’Iroise. Pour l’occasion, toutes les communautés paroissiales avec leur bannière (une quinzaine au total), les services de catéchèse et de pastorale des jeunes, les mouvements et services y ont accueilli officiellement les deux nouveaux prêtres : les pères, Jacques Durand et Samuel Pennec. La cérémonie a débuté à 10 h 30, par un rassemblement autour de la fontaine Notre-Dame-de-Trézien où les pèlerins ont été bénis par les prêtres, avec l’eau de la fontaine. Puis, avec les bannières en tête de la procession, ils ont rejoint en cortège le placitre, où plus de 500 personnes ont assisté à la grand-messe en plein air, célébrée par le père François Calvez, vicaire épiscopal. Durant l’office, le baptême du petit Gabriel a été célébré. La journée s’est poursuivie par un déjeuner auquel 220 convives ont pris part, puis la récitation du Rosaire, et la célébration des vêpres dans l’église Notre-Dame-de-Trézien.

Faire soi-même. Un dimanche pour apprendre

les-organisateurs-de-ce-salon-et-les-benevoles-du-jardin_3598794_497x330p
Comme la première, la deuxième édition du salon du Faire soi-même, organisée par Familles rurales Plouarzel, a connu un beau succès, dimanche, dans les locaux de la maison de l’enfance. Ce salon était ouvert à tous, gracieusement, de 10 h à 18 h, avec pour vocation de valoriser les savoir-faire locaux. Douze ateliers d’exposants du secteur étaient ainsi montés, de la vannerie à la poterie. Les bénévoles du jardin partagé de Kéranguéné étaient là également avec une tisanerie et un stand présentant les légumes du potager. Ils donnaient des conseils sur le bouturage et ont même confectionné une soupe de capucines que les visiteurs pouvaient déguster.

Fabriquer sa mousse à raser


À l’étage, il y avait un atelier de cosmétiques au naturel pour apprendre à faire des crèmes hydratantes, de la mousse à raser, des crèmes pour bébés. Il y avait aussi un atelier de couture, tricot et crochet, un atelier peinture, un atelier collage, un autre pour apprendre à faire des nichoirs, un stand d’activités créatives manuelles et l’on notait la présence de bricoleurs du dimanche. Nouveauté également, cette année, les visiteurs avaient droit à un billet de tombola gratuite. Nul doute qu’une troisième édition verra le jour.